mercredi 20 juillet 2011

Les bureaux de broderie

Les travaux les plus fins et les plus délicats se firent à Fontenoy-le-Château, on y broda pour l'Impératrice Eugénie des robes admirables ; toutes les dames de la cour voulurent aussi des broderies du pays, et bientôt il ne se fit pas un mariage royal ou princier dont la corbeille ne contînt à profusion des broderies sorties des mains magiques des fées de Fontenoy.
Les premiers bureaux de broderie sont administrés par des femmes instruites sachant rédiger du courrier commercial et tenir des comptes parfois compliqués.
Les premières maisons de broderie sont tenues par des facteurs en broderie faisant travailler directement ou en deuxièmes mains, pour les magasins de Paris.
Les recensements les nomment factrices en broderie ou placières en broderie. Ces facteurs ou placières, véritables chefs d'entreprises, fournissaient du travail aux brodeuses de Fontenoy et des environs. Elles écoulaient leurs productions vers les magasins de Paris et les capitales étrangères. Les ouvrières brodeuses travaillaient en atelier où à domicile. Le savoir se transmettait dès l'enfance, oralement et par imitation.

Plusieurs brodeuses travaillent au rond sur le même ouvrage pour une pièce de grande taille.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire