lundi 10 janvier 2011

Janvier, le mois du blanc

J’ai relu récemment «Le bonheur des dames» d’Émile Zola. Je ne résiste pas au plaisir de partager avec vous ce que j’ai éprouvé à me replonger dans l’univers du tissu, du blanc, des articles de mercerie dans un grand magasin du début du XXème siècle.

... Mais le foyer de clarté rayonnait surtout de la galerie centrale, aux rubans et aux fichus, à la ganterie et à la soie. Les comptoirs disparaissaient sous le blanc des soies et des rubans, des gants et de fichus. Autour des colonnettes de fer, s’élevaient des bouillonnés de mousseline blanche, nouées de place en place par des foulards blancs. Les escaliers étaient garnis de draperies blanches, des draperies de piqué et de basin alternées, qui filaient le long des rampes, entouraient les halls, jusqu’au second étage ; et cette montée du blanc prenait des ailes, se pressait et se perdait , comme une envolée de cygnes. Puis, le blanc retombait des voûtes, une tombée de duvet, une nappe neigeuse en larges flocons : des couvertures blanches, des couvre-pieds blancs, battaient l’air, accrochés, pareils à des bannières d’église ; de longs jets de guipure traversaient, semblaient suspendre des essaims de papillons blancs au bourdonnement immobile ; des dentelles frissonnaient de toutes parts, flottaient comme des fils de la Vierge par un soleil d’été, emplissaient l’air de leur haleine blanche.»

Vous pouvez accéder à ce livre gratuitement en version audio, et vous pourrez également consulter la version texte.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire